Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

Publicité - Actualité

() Publicité segmentée : craintes légitimes sur une remise en question de la réglementation publicitaire en faveur de la télévision qui aurait un impact négatif sur l’équilibre économique de la presse

La FNPS, L’Alliance de la presse d’information générale, le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM), le SIRTI (Syndicat des radios indépendantes) et l’UPE (Union de la publicité extérieure) ont exprimé à nouveau auprès du ministre de la Culture leurs craintes quant à la remise en question des règles publicitaires - poussée sans relâche par les télévisions - alors qu’elles structurent le marché actuel et l’équilibre des médias.

() Ouverture des secteurs publicitaires interdits en télévision et de la publicité segmentée : la presse, la radio et la publicité extérieure manifestent à nouveau leur opposition catégorique

À l’occasion de la 28ème édition des Rencontres Cinématographiques de l’ARP, le 8 novembre à Dijon, le Ministre de la Culture, Franck Riester, s’est exprimé pour la première fois sur une éventuelle remise en cause des secteurs interdits de la publicité télévisée (distribution pour les opérations commerciales de promotion, cinéma, édition littéraire) et d’une autorisation de la publicité segmentée, affirmant « prêter une oreille attentive » aux demandes du secteur de la télévision.

() La remise en cause des secteurs interdits et l’autorisation de la publicité segmentée à la télévision représenteraient une perte de 576 millions d'euros pour la presse écrite, la radio et la publicité

Selon une étude d’impact menée par FRANCE PUB à l’initiative de plusieurs représentants de la presse (FNPS, Alliance de la Presse d’Information Générale, SEPM Marketing et Publicité,), de la radio (SIRTI, radios du groupe Lagardère) et de la publicité extérieure (UPE), dans l’hypothèse d’une levée des secteurs interdits de la publicité télévisée (distribution pour les opérations commerciales de promotion, cinéma, édition littéraire) et d’une autorisation de la publicité segmentée, la presse, la radio et la publicité extérieure perdraient potentiellement jusqu’à 576 millions d’euros (M€) d’investissements publicitaires par an à partir de 2022, soit 44% du total des dépenses des annonceurs des secteurs concernés dans ces médias en 2017.

() Publicité en 2017 : un léger mieux au global, mais une tendance baissière persistante pour la presse

L’IREP (Institut de Recherches et d’Etudes Publicitaires), France Pub et Kantar Media ont publié récemment le « bump » (baromètre unifié du marché publicitaire), étude annuelle de référence du marché publicitaire pour l’année 2017.

() Poursuite de la croissance du marché de la publicité en ligne en 2017

D’après la 19e édition de l’observatoire de l’e-pub du SRI (Syndicat des Régies Internet) réalisé par le cabinet d’audit et de conseil PwC, en partenariat avec l’UDECAM (Union des Entreprises de Conseil et Achat Media), le chiffre d’affaires net du marché français de la publicité digitale a atteint 4,094 milliards € en 2017 (+ 12 % sur un an).