Un floril�ge des titres de la fnps
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats
Le syndicats : SPEP Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : SPPRO
Le syndicats : Syndicat national de la presse agricole et rurale Le syndicats : Syndicat de la presse sociale Le syndicats : SPMS Le syndicats : SPCS Le syndicats : SSPEJP
La FNPS est un organisme qui rassemble 7 syndicats : SPEP ; SPPRO ; Le syndicats national de le presse agricole et rurale ; SPMS ; SPCS ; SPEJP

LA DISTRIBUTION POSTALE

Imprimer Envoyer à un ami

Date :
© Reproduction interdite sans autorisation.

LA DISTRIBUTION POSTALE

La FNPS représente près de 1300 titres papier distribués à 95% par abonnement, par voie postale.
Ses éditeurs sont donc particulièrement concernés par les accords Schwartz Etat/Presse/Poste signés en 2008 qui
prévoient des augmentations tarifaires régulières, une amélioration de la qualité de service de La Poste et le
comblement du déficit de La Poste en 2015.

Les augmentations tarifaires ont bénéficié d’un moratoire en 2009. Entre 2009 et 2012, la presse a déjà subi une
hausse de près de 15% des tarifs postaux, soit moins de la moitié de l’augmentation totale prévue aux accords. Or
le coût postal, inhérent à la nature même de l’activité presse, est le plus gros pôle de dépenses des entreprises de
presse qui, par ailleurs, évoluent dans un contexte économique très difficile : crise conjoncturelle et structurelle
(mutation technologique, bouleversement des modèles économiques).

La FNPS sera toujours très attentive au maintien, au terme des accords Schwartz, de tarifs postaux raisonnables et
maîtrisés, indispensables à la préservation de la diversité de la presse spécialisée et au maintien de l’accès des
lecteurs à l’information, au savoir et à l’innovation.

Les engagements de La Poste en termes de qualité de services et de développement de prestations ont été en
grande partie respectés, ce dont la FNPS se réjouit.

Il demeure toutefois des marges de progression dans la distribution postale, la réorganisation du circuit postal
ayant induit quelques effets pervers. En effet, le passage obligé des revues de province par un STP parisien pour
une distribution en départements limitrophes est coûteux en termes de temps et d’impact écologique ; les
remaniements de tournées facteurs génèrent des défauts de distribution, etc.

Les éditeurs s’inquiètent également de la façon dont sont gérés désormais les Plis non distribuables (PND). En
effet, de nombreux retours ne s’expliquent pas alors que les éditeurs, très sensibilisés à ce problème, ont réalisé de
gros efforts pour normaliser leurs fichiers dans le respect des exigences postales. Les éditeurs constatent que le
respect de ces normes ne suffit pas à résoudre les problèmes de non distribution.
Aussi, la FNPS se veut force de proposition pour travailler avec La Poste à l’amélioration des processus de
distribution, indispensable au maintien de la qualité de la relation de l’éditeur avec les abonnés.
Enfin, les accords prévoyaient que La Poste poursuive et accentue ses actions d’optimisation, de productivité et
d’économies de manière à, sur la période, s’adapter aux évolutions de trafic et permettre une réduction nette des
coûts complets attribuables à la presse de 200 M€ en 2015, hors inflation.

La FNPS espère que les efforts importants de l’ensemble de ses éditeurs depuis 2008 auront contribué à la réussite
de cet objectif en 2015.